Les alternatives écologiques aux serviettes et tampons jetables

Depuis des générations, les femmes ont utilisées divers moyens pour se protéger durant le cycle menstruel. Au moyen âge, elles laissaient couler naturellement le sang qui est ensuite  absorbé par leur jupon. Durant l’antiquité, les femmes utilisaient des tampons faits de bandes de coton, de lin ou de laine enroulés autour d’un morceau de bois ou de bâtonnets ouatés pour absorber le sang des règles. En 1800, des « sacs à chiffons » précurseurs des serviettes hygiéniques font leur apparition.

Les premières serviettes lavables sont apparues  au XIX siècle. C’était un dispositif qui consistait à attacher des boutons-pressions  sur une serviette amovible, qui s’étend du nombril aux reins.

Les premières protections hygiéniques industrielles jetables apparaissent à la fin  du XIX siècle, mais n’ont pas eu énormément de succès. C’est en 1896 que  la première serviette hygiénique a été  commercialisée aux États-Unis, par Johnson &Johnson , qui reste d’ailleurs l’un des géants du marché. Les serviettes jetables que  nous utilisons aujourd’hui sont présentes dans les supermarchés Européens depuis les années 70.

Comme vous pouvez  le remarquer à travers cet article, les serviettes périodiques ont beaucoup évoluées. Une femme au cours de sa vie en utilisera 10.000 en moyenne.

Mais savez-vous que 45 milliards de serviettes jetables sont encore consommées dans le monde chaque année ? Il faut 500 ans à nos serviettes hygiéniques en plastique pour se dégrader. Cette pollution de masse place l’industrie de protections hygiéniques jetables parmi les plus polluantes au monde.

Faire un choix de tampons ou serviettes, n’est pas toujours facile. Entre les différentes marques, le prix, le degré d’absorption le choix est parfois fastidieux. En plus de cela, nous ne savons pas ce que contiennent les serviettes ou tampons jetables  car il n’y a pas de réglementations claires sur le sujet.

Certains organismes tirent la sonnette d’alarme quand aux compositions douteuses des serviettes hygiéniques. 60 millions de consommateurs a publié une enquête qui met en évidence la présence de substances chimiques dans les protections hygiéniques. Plusieurs produits analysés présentent des traces de dioxines, de glyphosate, des résidus de pesticides. Ces produits sont présents à faible dose et ne dépassent pas cependant le maximum légal.  Mais sont-ils vraiment sans risques  pour une utilisation à long terme ? France 5 a également  réalisé un documentaire dénommé « tampon, notre ennemi intime » si vous l’avez loupé, cliquez-ici, ça vaut le détour.

La plupart des marques utilisent les mêmes matières pour la fabrication des tampons et serviettes. Ces matières sont en grande  majorité des matières synthétiques : rayonne, polyéthilène, polyester, polypropylène et du coton. À cela s’ajoutent de l’alcool, du parfum et d’autres résidus de pétrole.

En moyenne, une femme utilisera des tampons ou serviettes pendant 35 années de sa vie. C’est un produit qui sera en contact permanent avec notre intimité pendant le cycle menstruel, et selon moi, il est essentiel d’en connaitre la composition.

Depuis quelques années, on voit fleurir sur le marché des marques proposant  des alternatives naturelles ou écologiques aux serviettes et tampons jetables. Leur but est de  nous aider à avoir une consommation plus responsable et permettre de réduire l’impact écologique. Les ingrédients sont plus maîtrisés et la liste est plus claire et réduite. elles ne provoquent pas d’allergie et le choc toxique est réduit.

Découvrons-les à présent.

La coupe menstruelle

les alternatives écologiques aux serviettes jetables

Crédit photo: lesptitsloulous.com

La coupe menstruelle ou « cup » est selon moi , l’alternative la plus écologique aux tampons et serviettes. Souvent en silicone, sa méthode consiste à l’insérer dans le vagin afin de recueillir le sang des règles. En fonction de votre flux, elle se vide toutes les 4 à 8h. Des précautions d’hygiènes sont à prendre avant son insertion ou son retrait. Il faut se laver les mains avant le retrait et après la pose. Le premier modèle date de 1867. C’est dans les années 30 que le premier brevet a été déposé. Elles existent en différentes tailles et possèdent toutes une tige pour un retrait facile. Vous pouvez en trouver facilement en pharmacie, sur internet, dans les magasins bios ou certaines grandes surfaces. Son coût est de 20 à 30 euros pour une durée de vie de 10 ans.

La culotte menstruelle

les alternatives écologiques aux tampons et serviettes jetables

Crédit photo: THINX

La culotte menstruelle est aussi une alternative écologique aux serviettes hygiéniques jetables. Elle a été inventé  par « THINX » une société américaine.

La culotte menstruelle se présente visuellement  comme un slip classique sauf qu’elle est imperméable à l’entrejambe. La partie imperméable recueille le sang des règles et vous permet de rester au sec. Comme toute protection, elles existent en plusieurs  modèles et ont différentes capacités d’absorptions.

Les serviettes hygiéniques lavables bios

Crédit photo: dansmaculotte.com

Ces serviettes sont écologiques et ne causent pas d’allergies, ni d’irritations car les matières premières sont strictement contrôlées par des organismes certifiés. Elles sont économiques. Leurs coûts varient fortement en fonction du nombre dans le paquet,  de votre flux et de la marque. Mais vous réaliserez facilement une économie de 40€/an. La durée de vie est de 5 à 10 ans environ. Les serviettes sont composées d’une zone absorbante et de deux languettes à pression pour les attacher. Les textiles et matières utilisés peuvent varier selon les marques, mais sont généralement en coton biologique  ou en bambou. La composition est  claire,  ce qui vous permet de savoir ce que vous utiliser. Certaines marques proposent des protections en tissu respirant, des barrières anti-odeurs et des encres d’impressions certifiées sans métaux-lourds. Elle vous permet plus de confort et la protection reste en place. Inutile de mettre un slip spécial règle pour être sûre de garder sa protection en place.

L’éponge menstruelle

Crédit photo: eponge-menstruelle.fr

L’éponge  menstruelle est une éponge naturelle ou synthétique utilisée comme protection intime pendant les règles. Elle absorbe le flux sans irriter le vagin. Elle est confortable et  imperceptible si bien insérée.  L’éponge de mer a une durée de vie de 6 à 12 mois. Certaines l’équipe d’une ficelle pour en faciliter le retrait. Elle ne contient normalement pas de produits chimiques et le syndrome de choc toxique est plutôt réduit contrairement aux tampons. Elle doit être stérilisée avant la première utilisation. Pour la nettoyer, il faut la rincer à l’eau froide et la réinsérer dans le vagin ou en mettre une autre. Il faut la remplacer  aussi souvent q’un tampon. 

Mise en garde pour l’utilisation de l’éponge menstruelle

L’innocuité de l’usage d’une éponge menstruelle et en particulier d’une éponge de mer de manière intra-vaginale n’a pas été démontrée, car peu d’études ont été menées à ce sujet. L’éponge menstruelle peut cependant contenir du sable, des poussières, des algues microscopiques, des coquillages, des levures et des moisissures ainsi que d’autres matériaux variés et de nombreuses bactéries. Elle peut modifier le PH de la flore vaginale et parfois causer des infections. Une étude a également montré que les personnes utilisant des éponges menstruelles présentaient des taux de présence de Staphyloccocus aureus, d’Escherichia coli et d’entérobactéries plus élevés que celles utilisant des tampons ou des serviettes hygiéniquesS. aureus étant une des bactéries à l’origine du syndrome du choc toxique. « souce wikipédia »

Si vous décidez de passer à l’éponge de mer, demandez conseil à votre médecin traitant.

«  »LE CUIR DE RAISIN : ENCORE UNE ALTERNATIVE VÉGÉTALE AU CUIR ANIMAL » »

Le flux instinctif libre

Par flux instinctif libre, comprenez : règles sans tampons, sans serviettes, sans coupes.  La méthode consiste à contracté son périnée et le sang s’écoule une fois que vous êtes aux toilettes. Personnellement, je n’ai jamais essayé  cette méthode. Je pense qu’elle demande une grande connaissance de votre corps et un bon contrôle des muscles du périnée. C’est un mouvement qui est né dans les années 2010 aux états unis. Cette méthode est  économique et zéro déchet. Il faut en moyenne 5 mois pour maîtriser cette méthode.

A défaut d’opter pour l’une de ces méthodes, utiliser des serviettes et tampons jetables bios. Ce ne serait pas top pour l’environnement, mais vous savez au moins ce que vous mettez, car la liste des matières premières est plutôt claire et ils causent moins d’irritations.

Je rédigerai un deuxième article pour expliquer en long et en large les avantages et inconvénients de toutes les alternatives citées ci-dessus.

By Elodie/lafillenaturelle

Ajouter des commentaires

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *